Actualités

[Talent d'ECAM #8] : Michel ANTHERIEU (ECAM 84)

11 décembre 2023 Portrait
Vue 153 fois

Questions & réponses sur le parcours de Michel ANTHERIEU, ingénieur ECAM 84, président de QAELI et président du Réseau Entreprendre Drôme-Ardèche, depuis son diplôme et son entrée dans le monde professionnel jusqu'à sa "fin de carrière de rêve" en tant que patron.

Dans la suite de la série "Talent d'ECAM", nous souhaitions vous faire découvrir ce huitième portrait.

 

À travers cette vidéo et cet article, c'est le profil et le parcours de Michel ANTHERIEU (ECAM 84) que nous souhaitons mettre en avant.

 

Depuis son diplôme jusqu'à l'aboutissement de sa carrière et en passant par ses différentes étapes dans le monde professionnel, Michel ANTHERIEU revient pour vous sur son parcours et son expérience en tant qu'Ingénieur ECAM et chef entreprise, à travers une interview de Baptiste MONTROCHER.


Retrouvez l'interview vidéo sur notre chaîne YouTube au lien suivant : https://youtu.be/b3r6H8N_lIk 

Bonne lecture !

Baptiste MONTROCHER : Bonjour Michel, pourrais-tu nous présenter ton parcours ?

 

Michel ANTHERIEU : Bonjour à tous, Michel ANTHERIEU, ECAM 1984, j'ai choisis à la sortie de l'ECAM d'avoir un parcours PME, pendant huit en Haute-Savoie d'abord, j'ai intégré plusieurs PME différentes, plusieurs technologies différentes pour apprendre.

 

Ensuite je suis arrivé dans la Drôme où j'ai eu l'occasion de redresser une entreprise en difficulté puis la crise de la quarantaine où j'ai intégré un grand groupe pour essayer d'avoir des formations et de me construire, de construire la suite de ma carrière.

 

Et à 53 ans, je me suis fait virer et donc, dernière étape de ma carrière, reprendre une entreprise, ce que j'ai fait en quelques mois.

Je suis en train de vivre une fin de carrière qui est juste un rêve, être son propre patron, avoir une boîte qui se développe, des associés avec lesquels on peut travailler, sur lesquels on peut compter.

Baptiste : Pour toi être Ingénieur ECAM LaSalle, c'est quoi ?

 

Michel : Moi, j'avais choisi l'ECAM parce que je voulais être dans le concret.
Je suis assez manuel, je suis assez technicien, donc je voulais être dans le concret dans le pratique, avec de l'atelier, avec de la manipulation et puis des valeurs.

 

Je pense que les deux sont importants pour moi à la fois les valeurs et à la fois le côté concret et pratique. Et c'est ce que j'ai essayé de développer dans ma carrière. Ça m'a servi beaucoup d'être capable de prendre les commandes d'une machine outil et de montrer à l'opérateur comment faire en début de carrière. Ça, ça a été génial.


Et surtout les valeurs, c'est quelque chose qui m'a jamais quitté.

Baptiste : Quelle place à le réseau dans ta vie ?

 

Michel : On m'aurait posé la question il y a dix ans, j'aurais dit aucune.


C’est toujours pareil, quand on est jeune, on se consacre à sa famille, à son boulot naissant, donc j'ai bossé beaucoup. Un peu, je dirais, la tête dans le sable en avançant et le réseau que je n'avais pas, je me suis rendu compte que c'était utile pour chercher une boîte, pour connaître les bons intervenants, et cætera.

 

Et donc c'est là que j'ai commencé à faire du réseau, à l'occasion d'un outplacement où mon coach m'a posé la question “C'est quoi ton réseau ?”, j'ai été incapable de répondre à cette question.


Puis après je me suis développé un réseau,  j'allais dire à toute vitesse et j'ai découvert le plaisir de ça. J'ai découvert que les gens en face, naturellement, ils ont envie de faire plaisir. Ils ont envie de vous répondre, ils ont envie de vous aider et donc j’ai accéléré effectivement le réseau, je dirais de façon naturelle.


Et voilà,  après ça a débouché sur la présidence du Réseau Entreprendre Drôme-Ardèche qui est aussi un réseau et une famille avec des valeurs profondes. Aujourd'hui, je suis très à l'aise dans ce réseau.

Baptiste : De quoi es-tu particulièrement fier aujourd'hui ?

 

Michel : Il y’a deux choses qui me tiennent à cœur en réfléchissant à cette question.


C'est un, le fait d'être devenu patron.

 

C'était un rêve, je pense, c'était un rêve que je voyais comme inaccessible quand j'étais jeune, et puis c’est un rêve qu’on a réalisé, que j'ai réalisé et qu'on a réalisé avec mes associés, et c'est un rêve que je vis tous les jours, et j'ai cette chance là.

C'est pas toujours le jour facile, mais je dis c'est un rêve parce que vous êtes vraiment en situation d'impacter l'entreprise, dans les bons comme dans les mauvais jours, de former des équipes, de les entrainer, ça c'est vraiment génial.


Le deuxième, c'est transmettre.

 

J'ai plus de 60 ans maintenant, donc j'ai envie de transmettre à travers le réseau Entreprendre Drôme Ardèche, je transmets tout ce que je peux, la passion de l'entreprise et de l'entrepreneuriat, je transmets la passion du made in France.


Voilà tout ce que tout ce qui est profondément ancré dans mes tripes.

Mon axe sur la deuxième partie de ma vie, désormais, c'est la transmission.

Baptiste : Aurais-tu un conseil à donner aux plus jeunes membres ECAM Alumni ?

 

Michel : Oui, alors deux choses : d’abord, Osez !

J'ai repris une entreprise j’avais 53 ans. Aujourd'hui, avec le recul, je me dis que c'était bien tard.

Donc osez, faites le avant moi. Avec l’ECAM vous avez tout ce qu'il faut pour devenir des vrais patrons et des bons patrons.


Et puis, deuxième chose, c'est le réseau.


Là aussi, c'est quelque chose que j'ai tardé à faire et à mettre en place. Mais entourez vous de gens bienveillants, entourez vous, de gens qui vous aiment, qui sont là pour vous aider, c'est toujours utile.

 

C'est efficace et c'est génial sur le plan des valeurs.

Baptiste : Un dernier mot pour conclure ?

 

Michel : Si je fais un peu le bilan, je regarde un peu en arrière, je me dis que l’ECAM, c'est une excellente école. Elle m'a donné les moyens de développer ma carrière. Donc je dirais : soyez fiers.


Soyez fiers de ça, mais ne prenez pas la grosse tête. C'est vraiment quelque chose de fondamental. Rester à l'écoute.


J'ai la chance d'avoir pris un alternant ECAM et qui est actuellement chez nous, effectivement, quand je le vois agir, quand je le vois dans les ateliers,

je me dis que l’ECAM reste, 40 ans après mes études, dans le concret et dans l'orientation pragmatique et à l'écoute. Et c'est vraiment ça qu'il faut garder en tête.

Baptiste : Merci Michel !

 

Découvrez sans tardez les autres Talents d'ECAM qui façonnent votre Réseau !

[Talent d'ECAM #7] : Hervé KLECZWESKI (ECAM 86)

Questions & réponses sur le parcours de Hervé KLECZWESKI, ingénieur ECAM 86 et co-fondateur de WAOUP, depuis son diplôme et son entrée dans le monde professionnel jusqu'à la concrétisation de son projet entrepreneurial.

[Portrait d'Alumni] Marie STAUFFENEGGER (ECAM ISP GIM 2017)

Portrait de Marie STAUFFENEGGER ECAM 2017 GIM, Sustainability Impact manager & Membre du GP Ecologie ...

[Talent d'ECAM #6] : Olivier de PARISOT (ECAM 87)

Questions & réponses sur le parcours d'Olivier de Parisot, ingénieur ECAM 87 et entrepreneur, depuis son diplôme et son entrée dans le monde du BTP jusqu'à la concrétisation de ses projets entrepreneuriaux.




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité