Actualités

Partager sur :
25 mai 2020
Vos Écoles

Nos Ecoles face au Covid19, interview !

Vue 277 fois

Face à la situation actuelle, vous avez été nombreux à vous interroger sur la manière dont vos écoles se sont adaptées et les mesures qu'elles ont mises en place pour permettre une continuité pédagogique aux élèves.

Anne Thimonier, directrice Communication & Marketing ECAM Lyon & Alexis Bultey, directeur des études ECAM Strasbourg Europe répondent à nos questions.  

 

 "Nos Ecoles face au Covid 19" 

 

Bonjour Anne, bonjour Alexis,

ECAM Alumni : Est-ce que des membres de l'équipe de l' ECAM Lyon ont été touchés par le Covid ?

Anne Thimonier : A ce jour, aucun membre de l’équipe de Direction de la fondation ou d’ECAM Lyon n’a été malade du Covid-19. Parmi les autres membres du personnel, aucun cas grave n’a été déclaré, mais plusieurs ont perdu un proche*.

Alexis Bultey: Non, aucun membre de l’équipe n’a été touché chez nous à l'ECAM Strasbourg Europe.

* [ L’Association des ingénieurs ECAM s’associe à l’école et adresse ses pensées aux collaborateurs de l'ECAM Lyon qui ont perdu un membre de leur famille.]

 

E.A : Comment faites-vous alors que vous ne pouvez pas dérouler les TP ? Comment allez-vous valider les scolarités sans ces derniers ?

A.T : En ECAM Arts et Métiers, la quasi-totalité des TP a été maintenu (95% environ) !  Les modalités ont bien sûr été adaptées à la distance, et diverses solutions ont été mises en œuvre selon les cas:

  • Développement de plateformes de simulation
  • Mesures et films des manip’ fournis aux élèves, qui centrent leur travail centré sur l’analyse des données
  • Remplacement de certains TP par des TD.

Il ne manquera donc pas de notes et les scolarités seront validées comme habituellement.

En ECAM Engineering, le choix a été fait de reporter certains TP de quelques mois. Il s’agit d’un glissement : le TP est maintenu mais trouve une place différente dans le cursus, parfois en lien avec l’université partenaire de la spécialité choisie par l’élève. Les workshops au FabLab de première année ont quant à eux été annulés :  les compétences correspondantes seront abordées dans d’autres projets ultérieurs.

Nous validons un module concerné par un TP « déplacé » en reportant le coefficient du TP sur les autres activités évaluées de ce module.

 

A.B: En concertation avec Lyon, nous avons mis en place des alternatives à distance, projet de simulation numérique, projet de CAO à distance, devoir maison en moteur. Pour la validation des scolarités, nous établissons des évaluations sur la base de ces nouvelles activités pédagogiques.

 

E.A : Quel est l'impact en termes d'années à l'étranger pour la formation ECAM Arts et Métiers?

A.T : Une expérience internationale est un élément essentiel de la formation d’ingénieurs Arts et Métiers.  Mais des mesures transitoires sont prévues pour les étudiants des promotions 2020 et 2021 afin de permettre à chacun d’être diplômé dans les délais prévus.

Nous suivons bien évidemment de près l’évolution de la situation sanitaire des différents pays avec lesquels nous avons des accords d’échanges pour des mobilités académiques. Chaque jour amène des nouveautés, des réajustements chez nos partenaires qui nécessitent des adaptations de notre côté.

Au début de la pandémie, 105 élèves-ingénieurs étaient à l’étranger dans le cadre de leur mobilité académique. Seuls trois d’entre eux ont arrêté leurs cours auprès de l’université partenaire pour reprendre à l’ECAM Lyon. Tous les autres se sont adaptés aux modalités de continuité pédagogique (cours à distance) de leur université d’accueil, et 27 sont restés dans leur pays de mobilité à ce jour.

Ainsi, à l’heure où nous écrivons, sur 245 élèves-ingénieurs qui auraient dû partir en mobilité internationale à la rentrée en 4e année, plus de la moitié sont d’ores et déjà contraints de reporter leur départ au semestre suivant. Nous gardons à ce stade espoir que les destinations européennes ré-ouvrent à l’automne. Pour l’instant, les mobilités « années à l’étranger » (ECAM 5) sont presque toutes maintenues mais beaucoup débuteront leur cursus en ligne avant de pouvoir rejoindre leur université d’accueil. 

 

A.B: chez nous, la plupart des départs à l’étranger sont maintenus, nous redirigeons les quelques étudiants ayant des problèmes vers d’autres destinations.

 

E.A : Que deviennent les stages industriels ?

A.T : L’effet Covid-19 sur les stages se fait aujourd’hui pleinement sentir. Dès le mois de mars, de très nombreuses entreprises ont suspendu leur activité et donc les stages qui ne pouvaient pas être effectués en télétravail.  Les élèves-ingénieurs concernés (ECAM 3) bénéficient de mesures dérogatoires : exceptionnellement la durée du stage a été réduite à 7 semaines, ce qui laisse encore un peu de temps pour trouver une entreprise et démarrer en juillet. Enfin, pour ceux qui resteraient sans solution cette année, un report du stage sur l’été 2021 sera accepté.  Nous constatons une légère reprise : des conventions de stages sont signées chaque jour.

De la même manière, les stages qui auraient dû débuter en septembre pourront ne commencer qu’en octobre.

Pour aider les étudiants dans leurs recherches, l’équipe Relations entreprises sollicite tous les partenaires de l’Ecole et organise des forums d’échanges virtuels.

 

A.B : En concertation avec Lyon, la durée des stages a été diminuée.

 

E.A : Comment allez-vous sélectionner les élèves entrants pour l'an prochain ?  En ECAM 3 ?

A.T : Le contexte pandémique nous a poussés à modifier notre processus d’admission.

Mi-mars, nous avions terminé nos campagnes de promotion et nous n’avons donc pas pâti des annulations de salons. Les entretiens sur le campus étant interdits, nous avons adopté différentes solutions. L’admission Post bac a dû se faire sur étude de dossier uniquement. C’est donc sans le contact direct que nous apprécions tant, que les jurys ont examiné 2057 candidatures enregistrées sur Parcoursup.

Pour les admissions à Bac+2, des entretiens en visioconférence permettent de sélectionner les admis sur titre (DUT…) et les futurs alternants. Pour les étudiants admis sur concours à l’issue d’une CPGE, le calendrier national est bouleversé et ne laisse aucune possibilité pour organiser des entretiens.

Enfin, malgré toutes les incertitudes sur les déplacements dans le monde et l’obtention de visas, notre recrutement de profils internationaux (ECAM engineering et Filière Asie) se poursuit.

 

A.B: Comme à l'ECAM Lyon, nous réaliserons la sélection uniquement sur le dossier.

 

E.A : Avez-vous des inquiétudes spécifiques liées à la formation ECAM Engineering ? 

A.T : Les profils internationaux qui se sont inscrits risquent de ne pas pouvoir rejoindre le campus de Lyon pour la rentrée. Nous travaillons donc actuellement des modalités à distance qui leur permettront de débuter leur cursus en même temps que leurs camarades de promo… qu’ils retrouveront dès que la situation sanitaire le permettra.

Par ailleurs, tout ce que nous avons vu pour ECAM Arts et Métiers reste vrai pour ECAM Engineering !

 

E.A: A Strasbourg, de façon générale, le cursus en langue allemande favorise t-il l’embauche des jeunes diplômés par les entreprises allemandes ?

A.B : Oui ! 66% des emplois à l’international de nos jeunes diplômés s’effectuent dans des pays germanophones (promotion 2019 – ECAM Strasbourg-Europe).

 

E.A : Quels sont les impacts sur les formations par Apprentissage ?

A.T : Chaque apprenti suit les consignes de son entreprise d’accueil.  Pour le recrutement de la prochaine promotion, la campagne est réussie du côté des jeunes mais nous ne savons pas encore si tous trouveront une entreprise. Notre CFA partenaire, l’ITII, estime que les grands groupes devraient poursuivre leurs pratiques de recrutement habituelles tandis que pour les entreprises plus petites, les processus pourraient s’allonger. Plusieurs contrats sont déjà signés et nous restons confiants. Nous multiplions ici aussi les opportunités de rencontres avec les industriels pour aider nos futurs alternants à trouver leurs missions.

 

E.A : Comment fonctionnent les professeurs ? les intervenants externes ?

A.T : Ils se sont immédiatement mobilisés pour garantir la continuité pédagogique. Ils ont redoublé d’efforts pour transmettre leurs connaissances à distance, avec beaucoup d’agilité et de créativité. Ils ont surtout veillé à accompagner chaque élève, en étant plus que jamais, dans ces circonstances inédites, à l’écoute des besoins. Nombreux sont d’ailleurs les élèves et les familles, qui nous témoigné leur reconnaissance. Déjà un groupe de travail se penche sur l’analyse des nouvelles pratiques pédagogiques mises en œuvre durant le confinement. Certaines seront probablement poursuivies même quand nous aurons tous retrouvé un campus animé.

 A.B : Tous les cours sont assurés à distance en synchrone.

 

E.A : Quelles sont les conséquences financières pour l’école? 

A.T : ECAM Lyon commence déjà à subir les conséquences financières liées à la crise. Nous ne percevons plus de loyer pour la résidence étudiante, la fondation n’a pas pu mener sa campagne de dons dans les conditions habituelles, les événements avec les entreprises sur le campus ont été annulés, les activités de formation continue ont été suspendues momentanément … D’autres sources de financement risquent d’être impactées rapidement :

  • Certains de nos partenaires industriels, en fonction des secteurs économiques, vont être contraints de reporter des missions de R&D,
  • Nous n’avons pas de visibilité sur la collecte de la Taxe d’apprentissage dont la campagne, menée avec l’appui d’une équipe d’ingénieurs ECAM bénévoles, a dû être interrompue durant quelques semaines
  • Nous risquons de recruter moins d’étudiants internationaux, découragés par les conditions proposées pour débuter leurs études en France
  • De nombreuses familles connaissent ou vont connaître des difficultés financières. Cela a déjà généré des demandes d’échelonnement de paiement des frais de scolarité en cours. Cela risque d’entraîner également un renoncement à des études payantes pour des jeunes qui ont été admis à intégrer ECAM Lyon à la prochaine rentrée.

Enfin, l’adaptation de l’Ecole a un coût.  Nous avons dû acquérir ou développer, en urgence, les outils numériques indispensables à la continuité des enseignements et cette transformation pédagogique doit être poursuivie. L’aménagement du campus pour pouvoir accueillir, dans le respect des règles sanitaires, le personnel dans un premier temps, puis les élèves à la rentrée, nécessite de réaliser de nouvelles dépenses d’équipement des locaux.

 

 A.B : Nous n’avons pas d'aide spécifique, à part les mesures annoncées par le gouvernement : report d'échéances sociales, activité partielle…

 

E.A :  Quelles aides des autorités avez-vous ?

A.T : Comme de nombreuses organisations, ECAM Lyon a recours au chômage partiel dans le cadre du dispositif exceptionnel Covid-19. Par ailleurs, l’école pourra faire bénéficier certains de ses élèves d’aides allouées par le Fonds d’urgence « équipement informatique et accès internet des étudiants pour lutter contre la fracture numérique ».

 

E.A : Comment pouvons-nous vous aider ?

A.TDes ingénieurs ECAM manifestent chaque jour leur soutien à l’Ecole et nous tenons à les en remercier chaleureusement. Aujourd’hui, pour nous aider, trois actions concrètes : 

  • Verser - ou faire verser - la Taxe d’apprentissage de votre entreprise en faveur d’ECAM Lyon (il ne reste que quelques jours)
  • Faire un don à la fondation ECAM LaSalle pour investir dans la pédagogie ou participer au programme de bourses –solidarité ECAM pour tous
  • Proposer des stages, des missions en alternance et des offres de 1er emploi au service Relations entreprises de l’Ecole.

La mobilisation de notre communauté dans ce contexte inédit est plus que jamais essentielle : l’école et ses élèves-ingénieurs en ont besoin.

 

 A.B: en proposant des stages aux étudiants.

 

 

Un Grand merci à l'ECAM Lyon & à l'ECAM Strasbourg Europe d'avoir pris le temps en cette période chargée de répondre à nos questions !

 

 

 



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.